Nieuwblog

Magazine en ligne d'opinions et de critiques sur notre société, publié par Philippe Nieuwbourg



Idées et débats

Après 10 ans de rédaction de billets, ce blog va fermer ses portes. Je ne publierai plus d'articles ici et le blog fermera en fin d'année. Il faut renouveler l'exercice, l'environnement a changé, réseaux sociaux, mobilité... tout cela n'existait pas il y a 10 ans quand j'ai commencé à écrire ici.
Vous pouvez retrouver mon blog professionnel sur www.nieuwbourg.com/blog
Et pour boucler la boucle, voici le Hello world que j'avais écrit à l'époque.

Philippe Nieuwbourg
Tags : fin
Rédigé par Philippe Nieuwbourg le 6 Octobre 2014 à 13:04 Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Technorati Viadeo Notez

Idées et débats

Rassurez-vous bonnes gens, nous sommes en France, la Grèce n'est pas loin, mais c'est plutôt l'Afrique qui nous guette.
En Afrique, par manque d'argent, les plus pauvres sont prêts à payer très cher, pour une petite quantité de produit, juste parce qu'il ne peuvent pas acheter le contenant complet. C'est le cas des cigarettes que l'on achète à l'unité, ou de la dose d'huile dans un petit sac en plastique juste pour la cuisine du soir. La somme des sacs en plastique conduit la personne désargentée à payer son litre d'huile à un prix exorbitant, mais elle n'a pas le choix puisqu'elle ne peut pas sortir le prix normal d'un litre d'huile en une fois.


Payez votre restaurant à crédit…
Je viens de recevoir un communiqué de presse d'un restaurant-cabaret bordelais qui nous rapproche encore un peu plus du fond du trou : "Terra Brasilis invente le resto à crédit"… Tout est dans le titre… si tu n'as pas les moyens d'aller au restaurant, ce n'est pas grave, fais toi plaisir, et paye après… si tu peux encore…
Croyez vous qu'avant, dans les temps anciens, tout allait tellement mieux qu'on pouvait se permettre le restaurant tous les soirs, même quand on n'avait pas d'argent ? Et bien non, on faisait juste l'inverse. Des économies ! Oh, pas grand chose, une petite enveloppe dans laquelle on glissait un billet par semaine. Et puis à la fin du mois, on prenait l'enveloppe et on se faisait un petit plaisir. Non, aujourd'hui on veut se faire plaisir avant. Et on souffre ensuite pendant des années pour tenter de rembourser le capital et les intérêts de nos plaisirs consommés.

Il me semble important de rappeler un des grands principes de base du crédit. Un crédit ne devrait jamais être utilisé sur une durée supérieure à l'utilisation du bien ou du service qu'il a servi à acheter. Si vous achetez une maison, avec un crédit sur 15 ans, votre maison ne se sera pas dépréciée de 100% en 15 ans. Si vous achetez une voiture, ne prenez pas un crédit d'une durée supérieure à la durée de vie de la voiture.
Et donc on ne paye pas ses courses de la semaine à crédit, on ne va pas au restaurant à crédit… le crédit à la consommation ne sert pas à toutes les dépenses de consommation, uniquement celles qui ont une durée de vie supérieure à la durée du crédit.

Quant à notre restaurant si ingénieux, il pourrait même être sanctionné. D'une part parce qu'il fait la promotion du crédit à la consommation en dehors de son cadre légal. Et puis également parce qu'il suggère des modes de règlements interdits par la loi comme les chèques anti-datés. Quant à l'argument qui consiste à dire que cela se pratique fréquemment au Brésil… je vous laisse juge…

Voici le texte complet de son communiqué de presse :

"Terra Brasilis, restaurant cabaret de la région bordelaise, lance une initiative inédite pour contrer les effets de la crise en offrant la possibilité à ses clients de régler leur note en plusieurs fois sans frais.

S'adapter au contexte de crise
Situé à Latresne, dans la région bordelaise, le restaurant Terra Brasilis, qui accuse depuis 2008 une baisse de son taux de fréquentation de plus de 35% a décidé de réagir et d'adapter sa politique commerciale au contexte de crise. Puisque, mécaniquement, le budget loisir et sorties est le premier à souffrir lorsque les dépenses contraintes des ménages s'alourdissent (transport, assurances, énergies, coût du logement(...) , la direction du restaurant a choisi d'innover. Pour ne pas mettre la clé sous la porte et permettre au plus grand nombre de continuer à profiter de sorties en famille ou entre amis, Terra Brasilis propose depuis la rentrée aux clients qui le souhaitent de régler leur addition en plusieurs fois sans frais.

Une première dans le secteur de la restauration en France
Très répandue au Brésil, cette pratique est totalement inédite en France. Terra Brasilis est ainsi le premier restaurant français à offrir ouvertement des facilités de paiement à sa clientèle. Pour l'instant, le règlement en deux ou trois fois, à la convenance du client, s'effectue par remise de chèques. Cependant, la direction de l'établissement espère trouver rapidement un accord avec un opérateur bancaire lui permettant d'enregistrer des paiements différés par carte bleue, à l'image de ce qui se pratique couramment dans la grande distribution
".

Philippe Nieuwbourg
Rédigé par Philippe Nieuwbourg le 17 Octobre 2012 à 12:12 Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Technorati Viadeo Notez

EDF dévoile dans un emailing des données privées : les numéros de compte client et de connexion Internet de ses clients, en se trompant sur les adresses d'envoi ! Avec au maximum 99 possibilités, vous pouvez accéder aux coordonnées bancaires d'un client EDF et modifier son abonnement.


Grosse faille de sécurité dans les informations confidentielles des clients EDF
Peut-être avez vous reçu comme moi aujourd'hui un emailing de EDF vous proposant de créer votre espace en ligne chez EDF.
L'objectif de ce message est de vous faciliter "la vie en gérant vos contrats d'énergie en ligne"… bien, mais…

Le mail est adressé à Madame HERNANDEZ, sur mon adresse email (une adresse que je n'utilise jamais et dont je me demande bien comment elle a atterri chez EDF d'ailleurs…).
Je ne suis pas Madame HERNANDEZ, vous le saviez… mais beaucoup plus grave, cet email contient les numéros de client et identifiants Internet de cette Madame HERNANDEZ ! Il ne me reste plus qu'à trouver l'année de son emménagement et je peux accéder à son espace client en ligne, et modifier son abonnement ! Je peux aussi avec les deux derniers chiffres de son RIB (donc 99 possibilités seulement) accéder à l'ensemble de ses coordonnées bancaires !
Vous pouvez le constater par vous-même sur la copie d'écran ci-dessus, dont j'ai simplement caviardé quelques éléments par respect pour Madame Hernandez que je ne connais pas, mais qui n'a pas à subir cela.

J'ai contacté Cabestan, le prestataire qui a assuré ce routage. Je suis en attente de leur réponse, afin de savoir si le problème vient de EDF, d'un prestataire intermédiaire ou de chez Cabestan.
J'ai contacté EDF, mais là encore… j'attends une réponse.

Ayant cru au départ à une tentative de hameçonnage, j'ai suivi l'ensemble des liens fournis, mais il s'agit bien d'un message de EDF, qui renvoie bien vers le véritable site EDF.

Nous sommes donc face à une grosse faille de sécurité, qui rend accessible potentiellement des millions d'informations confidentielles bancaires ou liées au contrat entre EDF et ses clients !

Philippe Nieuwbourg
Rédigé par Philippe Nieuwbourg le 16 Octobre 2012 à 14:39 Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Technorati Viadeo Notez

Idées et débats

Le Figaro démontre le capitalisme grâce à Apple
"Des ouvriers de 14 ans chez Apple", c'est le titre choc d'un article du Figaro, qui révèle que des enfants de 14 ans ont été "découverts" parmi les employés de Foxconn, un des principaux sous-traitants de Apple. Au-delà du titre réducteur qui n'a pas d'autre objectif que de faire vendre, Le Figaro nous démontre involontairement l'ironie du capitalisme sauvage.
En effet, juste en dessous de l'article, le site web fait figurer le lien vers le cours de l'action Apple.
Comme vous pouvez le voir sur la copie d'écran ci-contre, on mesure bien ainsi que le fait que des enfants de 14 ans travaillent chez le sous-traitant de Apple fait progresser le cours de l'action Apple !
C'est ça le capitalisme !

Philippe Nieuwbourg
Tags : apple le figaro
Rédigé par Philippe Nieuwbourg le 16 Octobre 2012 à 14:10 Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Technorati Viadeo Notez

Les entrepreneurs ont été actifs ces dernières semaines. Qu'ils se considèrent ou pas comme des pigeons, nous les avons entendu se plaindre du poids de l'Etat, des administrations, des charges sociales, des dépenses insuffisamment réduites, etc. Entrepreneurs et têtes pensantes ne tarissent pas de récriminations contre les élites "1.0" pour reprendre un terme de Jean-Michel Billaut, incompétentes en matière d'entreprise, de numérique, etc. Les chantres de l'open source réclament en permanence que les administrations cessent de dépenser notre argent en licences pour logiciels américains et choisissent le code ouvert, etc.
Tout cela me convient bien. Et je ne suis pas le dernier à me plaindre du poids et du coût de nos administrations. Au contraire !


Réparation faite à Louis XIV par le doge de Gênes, 15 mai 1685
Réparation faite à Louis XIV par le doge de Gênes, 15 mai 1685
Mais alors pourquoi dès que l'occasion se présente, faire des courbettes et des ronds de jambe à des ministres, sous-ministres ou hauts fonctionnaires quelconques. Des gens "normaux" dont je vous rappelle que le matin, assis sur leur "trône" dans la salle de bain, ils ont la même allure peu impériale que vous et moi !

J'ai par exemple reçu ce matin un communiqué de l'Open World Forum, fier d'annoncer que "Fleur Pellerin ouvrira l'Open World Forum 2012". En voici le début du texte : "Madame Fleur Pellerin, Ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Économie numérique prononcera le discours d'ouverture de l'Open World Forum 2012, le jeudi 11 octobre 2012, à 9 heures à l’Eurosites George V.
Messieurs Jean-Paul Planchou, vice président du conseil régional d'Ile de France, chargé du développement économique, de l'emploi, des nouvelles technologies de l'information et de la communication, du tourisme, de l'innovation et de l'Économie sociale et solidaire, et Jean-Louis Missika, adjoint au Maire de Paris en charge de l'innovation, de la recherche et des universités, interviendront également à l'ouverture de l'Open World Forum, le rendez-vous annuel du logiciel open source et des démarches ouvertes…
" blablabla… Cette même Fleur Pellerin dont les réseaux sociaux me moquaient il y a encore quelques jours lors de son entrevue totalement ratée par Olivier Galzi sur Canal Plus.

Une ministre incapable d'assumer ses changements de décisions, claire comme une énarque, en charge du numérique alors qu'elle n'a jamais travaillé en entreprise (voir sa fiche sur Wikipédia, c'est édifiant : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fleur_Pellerin). D'ailleurs elle n'a pas de profil sur LinkedIn alors que Barack Obama en a un… http://www.linkedin.com/profile/view?id=11932467&locale=en_US&trk=tyah2
Est-ce cela le modèle dont rêvent les organisateurs de l'Open World Forum ?


Même chose de la part du CNLL (Conseil National du Logiciel Libre) qui publie ses "10 propositions pour une politique industrielle du logiciel libre"…
"Le logiciel libre améliore la compétitivité de nos entreprises et la souveraineté technologique de la France. Il nous semble important de définir et de conduire une politique volontariste pour concrétiser l’avance de notre pays dans ce domaine.
Le Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, a récemment appuyé une circulaire de la DISIC, Direction Interministérielle des Systèmes d'Information et de Communication, qui définit « une série d'orientations et de recommandations sur le bon usage des logiciels libres ». Cette directive, particulièrement étayée et détaillée, a réjouit tous les professionnels du logiciel libre.
Le domaine d'application de cette circulaire est celui des systèmes d'information de l'Etat. Bien au delà de ce premier périmètre, nous pensons que le logiciel libre doit tenir une place importante dans l'économie française, dans la politique industrielle de la France. Nous voulons montrer ici que le logiciel libre peut être un important levier d'emploi et de compétitivité pour l'ensemble de notre industrie dans le contexte difficile que nous connaissons actuellement.
"… blablabla…

Et si on arrêtait de mettre de la politique partout, de l'Etat partout, et de se gargariser à chaque fois qu'un ministre vient prononcer quelques mots écrits par un sbire, quelques mots souvent sans intérêt et convenus d'avance.

Messieurs les entrepreneurs, messieurs du logiciel libre, soyez un peu cohérent entre vos opinions. Vous voulez d'un Etat qui vous laisse les mains libres ? OK, mais arrêtez alors de lui lécher les bottes (pour ne pas dire autre chose) à chaque occasion ! Vous voulez d'une France avec moins d'Etat, commencez par montrer à l'Etat que vous vivez très bien sans lui.

Philippe Nieuwbourg
Rédigé par Philippe Nieuwbourg le 10 Octobre 2012 à 22:25 Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Technorati Viadeo Notez

Idées et débats

Il est parfois des communiqués que vous regrettez d'avoir reçus et dont vous regrettez qu'ils aient été écrits.
Journaliste spécialisé dans l'informatique décisionnelle, je suis bien entendu destinataire du communiqué de presse que l'agence Image Sept a envoyé pour son client KR Live à l'occasion de la venue de Lady Gaga… Preuve s'il en faut de la qualité du câblage journalistique réalisé par l'agence.


Photo : Eva Rinaldi Celebrity and Live Music Photographer (via Flickr)
Pour faire court, si j'ai bien compris… Stefani Joanne Angelina Germanotta (Lady GaGa) est venue à Paris, est passée chez Sephora sur les Champs-Elysées pour le lancement du parfum à sa marque. Et la cérémonie a été organisée par KR Live, qui a demandé à Image Sept de communiquer sur cet événement majeur de l'actualité parisienne (voir le communiqué en pièce jointe si vraiment le sujet vous intéresse).

Bien sur, dire que Lady Gaga a fait une "apparition", qu'elle a "participé", qu'elle était "présente"… tous ces mots français que l'on aurait pu employer, n'avait aucun intérêt, ne reflétaient pas suffisamment l'extraordinaire événement que représentait sa prestation !
Car dans le communiqué, l'agence nous explique que Lady Gaga a fait une Personnal Appearance ! Et oui, une "apparition personnelle" ont-ils sans doute voulu dire. Avec en plus une faute d'orthographe car 'Personal' s'écrit avec un seul 'n' en anglais.

Encore une fois, je trouve pitoyable ces anglicismes purement de mode, pour faire 'branché' ou donner l'impression d'un quelconque contenu. Mesdames et messieurs de la branchitude, achetez donc un dictionnaire des synonymes (ou au moins d'un dictionnaire anglais) et respectez donc la langue de votre pays !

communique_kr_live__lancement_fame.pdf Communiqué KR Live- Lancement FAME.pdf  (189.31 Ko)


Philippe Nieuwbourg
Rédigé par Philippe Nieuwbourg le 25 Septembre 2012 à 02:25 Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Technorati Viadeo Notez

Idées et débats

Pour une fois le contrôleur SNCF et moi-même tombons pleinement d'accord sur ce point. C'est en tous cas ce que pense Cédric (les prénoms ont été modifiés comme on dit dans la presse d'investigation), le contrôleur rencontré dans ce train Paris-Caen.


Pour la première fois, en réservant mon billet sur voyages-SNCF.com, le site me propose il y a quelques jours un e-billet à la place du billet que je dois habituellement réserver en ligne puis imprimer à la gare. Fervent défenseur de la dématérialisation et des progrès technologiques, je ne vois pas l'intérêt d'imprimer chacun de mes billets et je tente donc cette option. Une option qui n'en est pas vraiment une car le site me propose ce choix dématérialisé en standard. C'est l'impression du billet qui est devenue l'option.
Comme je suis titulaire d'une carte grand voyageur, je n'ai rien à faire, juste présenter ma carte au contrôleur. Parfait ! En tous cas jusque là...

Réflexe comptable, j'imprime quand même la page de confirmation, que je glisse dans mes pièces comptables. Je ne sais pas pourquoi mais je ne crois pas que mon comptable ou un inspecteur du trésor public accepte de bonne grâce que je lui présente ma carte grand voyageur comme justificatif de mon billet... Premier gain pour la SNCF, avant elle imprimait à ses frais mon billet, et aujourd'hui c'est moi qui imprime à mes frais le justificatif comptable. Et si je l'oublie, j'oublie la déduction de mes frais professionnels.

En arrivant à la gare, muni de ma carte grand voyageur, je prends conscience que je ne connais pas mon numéro de voiture et mon numéro de place. Je ne sais même pas s'ils sont apparus à l'écran. En tous cas je ne les ai pas notés et je suis donc incapable de trouver ma place. Ça tombe bien le train n'est pas plein et je m'installe à un siège libre.
Passage du contrôleur à qui je tends, avec un sourire malicieux mon «billet électronique». Sourire malicieux retourné par Cédric qui a vu mon iPad et mon iPhone posés sur ma tablette. On a tous les deux compris qu'on allait rigoler.
Il scanne le QR Code de la carte avec son appareil et me prévient qu'il y a peu de chances que ça marche; il attend depuis plusieurs minutes, la réponse pour un voyageur situé dans une autre voiture.
Et ça ne marche pas. Le terminal reste muet, incapable de valider mon billet.
Grand seigneur, Cédric à compris que le problème était de son côté et pas du mien. En tous cas, il lui serait impossible de démontrer que je n'ai pas de billet en règle. «Avec une carte grand voyageur et un abonnement fréquence, il y a peu de chances que vous soyez un fraudeur», explique-t-il. Je ne peux qu'acquiescer.
Il m'explique alors n'avoir reçu aucune formation suite au lancement de ce service et l'avoir découvert par les voyageurs. Une formation est prévue, mais après le lancement du service. À ma question sur les numéros de place, il n'a pas de réponse à apporter.
Et sa vision du positionnement de ce service est très juste. «Avec ce service nous nous adressons au haut de gamme de notre clientèle, les voyageurs fréquents, donc les meilleurs clients. Et nous leur fournissons en réalité un service bas de gamme, sans formation ni support à la clientèle». Cédric a parfaitement raison. Sans doute la direction en charge de ce lancement à la SNCF aurait-elle du lui demander conseil, ainsi qu'à ses collègues. Peut-être que leur contact quotidien avec les voyageurs les autorisent à émettre une opinion au moins aussi valable que celle des technocrates enfermés dans leur tour à bureaux.

Outre le fait que ce nouveau service est lancé dans le mauvais ordre; formation et processus auraient du être prévus et testés avant la commercialisation du premier e-billet; Ce e-billet est surtout une excellente affaire pour la SNCF. Et ce n'est pas l'économie sur l'impression des billets qui compte, mais plutôt le renversement de la charge de la preuve. Je m'explique.

Avec un billet papier, c'est le compostage qui valide votre billet. Si vous ratez votre train, ou modifiez votre programme, sur les liaisons Intercités, votre billet reste valable; il vous suffira de le composter plus tard, ou le lendemain pour qu'il soit valide.
Avec le e-billet, votre voyage est supposé avoir lieu. Si vous ne modifiez pas en ligne votre réservation, vous êtes supposé être dans le train et votre billet est utilisé. C'est à vous de déclarer en amont que vous avez changé de planning et de modifier votre réservation. Une fois le train parti, votre billet est validé puisque vous êtes censé être dans le train. Le contrôle effectué par le contrôleur n'est qu'un contrôle, pas une oblitération.
Je pense que le gain pour la SNCF représentera des dizaines de millions d'euros chaque année, en billet validés mais non utilisés, en changements de réservation oubliés, etc.
Mais sur ce point n'attendons pas de la SNCF une communication transparente !

Philippe Nieuwbourg
Rédigé par Philippe Nieuwbourg le 13 Mars 2012 à 17:51 Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Technorati Viadeo Notez

Idées et débats

Qu'est-ce qu'être pauvre en Europe ?
On connait les ratios habituels qui déterminent le montant de ressources en dessous duquel vous êtes considéré comme pauvre, c'est la pauvreté monétaire. Mais l'AFP nous apprend que d'autres mécaniques de calcul existent, sans doute d'ailleurs plus proches de la réelle pauvreté. "Ces personnes font face à au moins l'une des trois formes d'exclusion suivantes : le risque de pauvreté après la prise en compte des transferts sociaux; la privation matérielle grave (fait de ne pas être en mesure de régler ses factures, de se chauffer correctement, de consommer des protéines…); la très faible intensité de travail (fait de vivre dans un ménage dans lequel les adultes ont utilisé moins de 20% de leur potentiel total de travail au cours de l'année précédente)…"

Ce sont 115 millions de personnes, soit 23,4 % de la population européenne qui sont dans ce cas. Certes nous ne sommes pas les plus à plaindre (ce taux est de 42 % en Bulgarie et de 41 % en Roumanie), mais c'est le cas de 19,3 % des personnes en France et de 19,7 % des personnes en Allemagne !

Plus grave encore, en Europe, 27 % des enfants de moins de 18 ans, vivent dans une famille qui faisait face en 2010 au risque de pauvreté ou d'exclusion sociale. (Source Eurostat)

Philippe Nieuwbourg
Rédigé par Philippe Nieuwbourg le 11 Février 2012 à 07:13 Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Technorati Viadeo Notez
La presse va mal, la presse écrite va mal… Mais que dire de ceux et celles qui se proclament journalistes et brandissent la carte de presse tandis que dans l’exercice de leur métier ils se contentent de recopier des communiqués de presse qui ont rapidement pris la forme de « textes de presse » rédigés et balisés par les attachées de presse ou les responsables de communication.
Certaines informations presse vont même jusqu’à prévoir plusieurs textes possibles… Les communicants auraient bien tort de ne pas en profiter puisqu’il semble bien que ce soit devenu une forme imposée pour faire parler de soi. En effet, certains « journalistes » vont même jusqu’à demander un titre, un chapo, et un texte court différent du communiqué pour « ne pas publier le même texte que les autres »… A croire que ça finirait par se voir.
Critiquant le peu d’analyse ou de recul des blogueurs trop prompts à servir la soupe. La presse va mal peut être mais les journalistes ont dans beaucoup de cas déserté leur poste. Et je ne parle pas de ces stagiaires-journalistes alignés tels qu’à l’élevage pour noircir des pages d’infos issus de communiqués… Mais de journalistes installés, qui font du facile pour faire du nombre. La fainéantise est une valeur sure pour les communicants. Les attachées de presse et les communicants seront les prochains journalistes dans de nombreux secteurs, ce n’est pas grave, c’est dans l’air du temps.
Pourquoi changer quand le consommateur de cette information pré-pensée ne fait pas la différence ? La faute à la gratuité, au web ! En partie oui, mais c’est oublier un peu vite que cette information simplement recopiée existait déjà dans la presse magazine, entre deux enfilades de pages "rêve" vendues à prix d’or. L’information produite alors, valait-elle le prix de cette presse magazine ?

Un premier exemple ci-dessous avec le "communiqué de presse" prêt à l'emploi de Dolum :
Marques sans identité fournit articles prêts à l'emploi...

Et un second exemple avec le "texte de presse" de Cuisipro envoyé par son agence Keepintouch :

Suite a l'arrivee a l'agence de notre tout nouveau client CUISIPRO, l'indispensable pour vous aider a cuisiner..., trouver ci-dessous le premier texte de presse concernant la RAPE DUO !

Citation pour toute parution :
CUISIPRO
Tel. renseignements Points de Vente : 05 56 42 11 93
ou www.cuisipro.com/fr

RAPE DUO
Prix Public : 17,50 Euros
Dimensions :35,6 cm
Une surface grain fin pour les zestes, le parmesan, la muscade ou la cannelle
Une surface grain moyen pour râper les fromages et les légumes
Couvercle coulissant pour protéger les mains
Lame en acier inoxydable

Philippe Nieuwbourg
Rédigé par Philippe Nieuwbourg le 7 Février 2012 à 16:24 Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Technorati Viadeo Notez

Idées et débats

La Poste : Lettre en ligne mais pas d'aide en ligne
La Poste me donne aujourd'hui un bel exemple d'incompétence des informaticiens à qui on a sans doute demandé de rédiger l'aide en ligne de leur service d'envoi de lettres par Internet.
Toute la question est bien sur dans le format des documents que vous pouvez envoyer : pdf, doc, xls, ppt... Mais lesquels ?

L'aide en ligne, qui est bien évidemment là pour vous aider, vous explique que : "Votre format de fichier correspond à la liste ci-dessus mais il est refusée :
La version du logiciel qui a crée votre fichier est certainement trop ancienne ou trop récente. Utilisez un logiciel pour convertir votre fichier vers une nouvelle version ni trop ancienne ni trop récente. (utilisez les versions actuelles les plus largement répandues et utilisées)
"... dans la série, démerdez-vous, difficile de trouver mieux.

Alors outre le fait que les .docx et autres versions "récentes" de Microsoft Office, c'est à dire quand même depuis quelques années... ne sont pas acceptées, si vous voulez charger un PDF, à vous de le générer en autant de formats que vous le voulez... pour essayer si ça marche.
Pour un service qui dit se battre au service du public, et qui est censé s'adresser à Monsieur et Madema ToutLeMonde, il me semble de des progrès, sensibles, pourraient être faits.
D'autant plus qu'utilisateur régulier de ce service, je constate qu'il n'évolue quasiment jamais.
L'avantage c'est qu'on peut sans doute encore télécharger du WordPerfect 1.0 !

LaPoste #fail comme on dit sur Twitter !

Philippe Nieuwbourg
Rédigé par Philippe Nieuwbourg le 26 Décembre 2011 à 17:12 Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Technorati Viadeo Notez

Heureusement qu'en cette période de crise les escrocs ivoiriens sont là pour nous apporter un dimanche matin gris et pluvieux une bonne tranche de rigolade.
Voici copie du dernier mail reçu de "Interpol ICPO" à partir de l'email interpolicpo37@gmail.com.


Les crocodiles du Président à Yamoussouko, qui pourraient être nouris pour pas cher avec quelques escrocs chaque jour !
Les crocodiles du Président à Yamoussouko, qui pourraient être nouris pour pas cher avec quelques escrocs chaque jour !
Vous noterez que chez Interpol ICPO on ne sait toujours pas parler français correctement, on n'a pas beaucoup d'argent donc on ouvre un email chez Gmail, que Abidjan est devenu le siège de cet organisme international (ça leur en fait au moins un !) et qu'ils sont ouverts 24h/24 (là c'est le plus drôle quand on connait un peu les ivoiriens !). D'ailleurs si ces fainéants passaient le même à apprendre à parler et à écrire qu'à envoyer leurs emails, ils deviendraient professeurs !

Bon, je n'ai pas tout compris au reste du message, mais il m'a bien fait rire.
A votre tour ! Et bien sur pour les quelques naïfs qui restent sur terre, ne répondez pas si vous recevez un message qui vient d'Afrique alors que vous ne l'avez pas demandé. Et ne répondez à aucun mail qui vous propose du travail ou de l'argent si cela vous parait simple à gagner. Vous vous croyez plus intelligent et pensez que vous ferez une bonne affaire... raté ce sont tous des escrocs !

Message personnel à mes amis ivoiriens honnêtes (et il y en a beaucoup), faites le ménage chez vous ! Traquez ces escrocs qui causent un tord considérable à votre pays et à son image internationale. Votre pays a besoin de se reconstruire, vous pourriez attirer de nouveau les touristes, votre pays est magnifique et les ivoiriens sont accueillants. Mais le développement des escrocs ivoiriens casse toute tentative de réhabilitation auprès des touristes potentiels. Personnellement je ne mettrai plus jamais les pieds en Côte d'Ivoire tant que ces escrocs séviront !
Alors que la Police fasse son travail, que les opérateurs téléphoniques les aident à identifier les cybercafés qu'ils utilisent, faites les fermer, arrêtez les coupables et oubliez les au fond de la lagune ! Vous verrez, ça ira tout de suite beaucoup mieux :-)


SALUT A VOUS Mr

Nous vous faisons par de ce message pour vous informé que lors d'une enquête mené sur tous les arnaquer votre email a été retrouvé dans la liste.
Donc nous vous interpellons que vous avez été une victime d'arnaque comme tous les autre et aussi nous vous rappelons que nous somme le ICPO (International Criminal Police Organization) Le plus grand organisme de police, Interpol a pour mission d'aider les organismes d'application de la loi dans chacun de ses 187 pays membres à lutter contre toutes les formes de criminalité transnationale.
Guidée par quatre fonctions de base, prévoit Interpol high-tech de l'infrastructure de support technique et opérationnel pour permettre aux forces de police à travers le monde pour rencontrer les défis croissants de la criminalité dans le 21e siècle.
Le Secrétariat général a Abidjan, en côte d'ivoire, est opérationnel 24 heures par jour, sept jours par semaine, offrant un point de contact central pour le Bureau central national (BCN) dans tous les pays membres pour obtenir de l'aide ou des informations sur les enquêtes transfrontalières.
Toutes les BCN sont reliés les uns aux autres et le Secrétariat général à I-24 / 7, INTERPOL sécurisé système mondial de communication policière, qui permet également aux agents d'application de la loi directement à vérifier une série de bases de données vitales de police.

INTERPOL dispose d'un système de code couleur international avis de localiser, d'arrêter ou de fournir des avertissements au sujet des fugitifs et d'autres criminels. En 2007 seulement, la coopération entre INTERPOL pays membres a conduit à plus de 5200 arrestations à travers le monde et de cette réunion mondiale nous avons donc décidé de mètre en état d'arrestation tous ses criminels sur le net et par votre Accord et votre aide,
C'est à dire que vous devez nous aidé a mettre la main sur ses arnaqueurs de très grand grade.
En quoi faisant vous devez le plus rapidement possible vous mettre en contacte avec eux pour que nous puissions les prendre a la main et leur faire payer toute cette criminalité et tous votre argent vous sera rembourser par le gouvernement de cet pays où vous avez été arnaqué et prendre que vous êtes en contacte avec eux vous devez nous tenir informé de toute action et de tout geste financier
Pour ne pas offensé votre état civil nous de demandons votre accord si possible
Une foi d'accord veuillez nous contacté a l'adresse suivant :
Déclaration à la presse du Secrétaire Général d'INTERPOL,
Mr BARTHELEMY BENOIT
Email: interpolicpo37@gmail.com

TEL +225 66 571 869
Fax +225 66 571 869
AGENCE INTERPOLE COTE D'IVOIRE
FAITES NOUS DECLARATION DE PROCEDURE

Philippe Nieuwbourg
Rédigé par Philippe Nieuwbourg le 18 Décembre 2011 à 08:37 Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Technorati Viadeo Notez

Electeur depuis trois ans dans le département de l'Eure, je suis bien représenté au niveau national : par Hervé Maurey, sénateur de Bernay et grand défenseur du développement numérique des territoires, et Hervé Morin, député, et maintenant candidat pour le Nouveau Centre à l'élection présidentielle de 2012.


Hervé MORIN en 2009 - CC
Hervé MORIN en 2009 - CC
Ayant eu vent du projet porté par Renaissance Numérique de créer le Social-Nextwork, le premier réseau national d'acteurs du Net, je me suis porté volontaire pour représenter ma circonscription. L'idée était intelligente, mobiliser le 2 décembre 2011, le même jour, l'ensemble des 577 députés français afin qu'un représentant du réseau les rencontrent, à Paris ou dans leur circonscription, afin de les sensibiliser au potentiel du monde numérique.
Après avoir été parrainé par d'autres membres, ma candidature est acceptée et je contacte, ou plutôt tente de contacter, mon député, Hervé Morin.
Un premier email le 9 novembre, un second le 16 novembre, une télécopie le 20 novembre et un coup de fil à sa permanence le 21 novembre… tout cela sans la moindre réponse. Monsieur le député est manifestement insensible à cette initiative indépendante. Renaissance Numérique est pourtant le groupe de réflexion qui compte dans le numérique : depuis sa création en 2005, Renaissance Numérique a proposé ou fait adopter la création d'un poste de Ministre / Secrétaire d'Etat en charge du numérique, 2 textes de loi, 12 mesures du plan numérique 2012, 6 mesures du plan de relance et participé à l'émergence des 2 piliers numériques du Grand emprunt. Renaissance numérique compte plus de 70 membres, dont 12 enseignants chercheurs et près de 60 entrepreneurs du monde numérique.
Le 2 décembre, des dizaines de représentants du Social NeXtwork ont ainsi rencontré leur député. Mais pas Hervé Morin...
Manifestement Hervé Morin ne connait pas, ne veut pas s'intéresser au numérique, ou plus inquiétant commence à oublier sa circonscription, persuadé qu'il doit maintenant se consacrer à son destin "présidentiel".
Une situation d'autant plus étonnante que Hervé Maurey, notre sénateur, pourtant du même bord politique, est l'auteur reconnu d'actions concrètes et du rapport sur le développement du haut débit en France !
Face aux silences de Monsieur le Député, je ne peux donc que m'adresser ici publiquement à lui. Monsieur le Député, sachez d'une part que le développement du monde numérique n'est pas une lubie de quelques geeks, mais bien une fantastique marche de progression pour notre économie en cette période de crise. Et sachez également que votre territoire, certes rural, est également peuplé de jeunes, d'actifs, d'entrepreneurs, attentifs à ce que leur représentant à l'Assemblée Nationale soit dans l'action et pas uniquement dans le soutien aux repas des anciens.

Philippe Nieuwbourg, Journaliste indépendant et électeur de la 3ème circonscription de l'Eure

Philippe Nieuwbourg
Rédigé par Philippe Nieuwbourg le 15 Décembre 2011 à 08:24 Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Technorati Viadeo Notez

SocialNeXtwork va mobiliser nos élus sur les impacts de la fracture numérique et les opportunités pour nos territoires. Vous pouvez, vous aussi, participer à cette initiative et rencontrer votre député.


Le 2 décembre, nous avons tous rendez-vous avec notre député @socialnextwork
En ce qui me concerne, le 2 décembre à 11h, la date est bloquée depuis cet été dans mon agenda, j'ai rendez-vous avec Hervé Morin, député de l'Eure et de ma circonscription. Et vous ?
C'est en effet à l'initiative de SocialNeXtwork que l'ensemble des 577 députés français recevra le 2 décembre à 11h, 577 représentants des citoyens, afin de les sensibiliser à l'urgence que représente pour notre société et notre économie, le développement du très haut débit sur l'ensemble du territoire. Une initiative menée par Renaissance Numérique

A Hervé Morin, je parlerai :
- d'infrastructure : je lui expliquerai que l'avenir de la France et le rôle d'un Etat se jouent dans ses infrastructures, pas dans des mesurettes électoralistes à effet limité. Les grands travaux relèvent du domaine de l'Etat, fournir aux forces vives de la nation, économiques et sociales, les outils pour leur permettre ensuite de développer leur activité et leur contribution à la nation. Ni interventionniste, ni simplement redistributeur, cette position centrale, mais non intrusive du rôle de l'Etat devrait plaire à un centriste.
- d'harmonie entre le développement économique et la vie sociale, voir la sécurité : comment espérer que les habitants des campagnes puissent espérer et croire en l'avenir, si leurs seules perspectives consistent à percevoir de nouvelles aides et allocations. Ce que nous voulons c'est du travail quitte à le créer nous-même, l'opportunité de créer de la valeur. Mais cela ne peut passer que par le re-développement économique. Et pour attirer les entreprises il faut des infrastructures numériques. Hier les arguments dans nos territoires tournaient autour de la proximité avec les autoroutes, l'arrivée de l'électricité, etc. Aujourd'hui c'est le numérique qui créera les emplois de demain. Et si l'on continue à ne rien faire, la désespérance sociale entrainera de facto les problèmes d'alcoolisme, les suicides, et les conflits urbains.
- de développement économique local : il s'agit de micro-économie. J'habite dans un petit village de 150 habitants, très mal connecté à Internet. Deux ou trois entreprises seulement (agriculteurs compris) y sont installées, et nos élus ne savent pas comment en attirer de nouvelles. Pourtant chaque jour où je travaille de chez moi, lorsque je vais acheter un baguette de pain au village voisin, c'est un euro que j'injecte dans l'économie locale. Et que je n'injecte pas si je dois me rendre à mon travail dans une des "grandes" villes avoisinantes. Un euro, plus un euro… les petites dépenses font la survie et le développement économique d'un territoire. Dans mon village il n'y a plus de commerce. Alors qu'il y a quelques décennies, plusieurs bars et épiceries fonctionnaient parfaitement. Pourquoi ? Parce que les gens vont aujourd'hui travailler ailleurs et ne rentrent qu'en fin de journée, après avoir dépensé leurs euros dans leur ville de travail. Développer le numérique, c'est développer l'emploi et développer l'emploi c'est développer l'économie locale.
- d'élections : car peu à peu le paysage change. Les retraités issus des générations non numériques disparaissent peu à peu, remplacés par des électeurs qui ont découvert la micro-informatique et le minitel dans les années 80/90. Neo-ruraux, jeunes travailleurs, travailleurs indépendants, qu'avez-vous à leur "vendre" pour les prochaines élections ? Le développement touristique de la Normandie ? Le rapprochement de la haute et de la basse Normandie ? Une nouvelle autoroute A28 aussi peu fréquentée que l'actuelle ? Le sponsoring d'un club de sport ? Ce n'est pas ce que nous attendons. Personnellement je voterai pour le candidat qui me démontrera sa capacité à agir concrètement et rapidement pour le développement numérique et économique. Et surtout du concret et de l'action à rapide. Nous ne nous laisserons plus embarquer dans des discours vides d'actions.

En conclusion, sans doute n'oserais-je pas, et c'est heureux pour ses oreilles, lui chanter ce petit couplet arrangé de La Marseillaise, mais voici ce que je vous propose :
Entendez-vous dans nos campagnes
Mugir ces fervents électeurs?
Ils veulent juste de la fibre optique.
pour connecter leurs fils et leurs compagnes!

… aux urnes citoyens !

Mais si j'ai rendez-vous avec mon député, c'est que vous pouvez vous aussi franchir le pas et rejoindre le SocialNeXtwork. De nombreuses circonscriptions sont encore disponibles et si vous m'expliquez votre projet, je serai heureux de vous parrainer.

Philippe Nieuwbourg
Rédigé par Philippe Nieuwbourg le 13 Septembre 2011 à 07:48 Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Technorati Viadeo Notez

Idées et débats

Google Démocratie, mi-figue, mi-raison
"Comme la majorité des scientifiques, Sergey considérait l'humain biologique comme un homme des cavernes à peine dégrossi. Nous étions des brutes dotées d'un cerveau reptilien. La fin de la sélection darwinienne nous condamnait à régresser. Il n'était plus nécessaire de savoir chasser et grimper aux arbres pour engrosser les femelles. Le séquençage de l'ADN le prouvait : notre génome se détraquait. Les gros, les malades et les débiles légers se reproduisaient sous la protection de l'Etat-providence. Les myopes et les faibles versaient leurs gènes déglingués dans le grand pot commun de l'humanité…"

Google Démocratie, publié par Laurent Alexandre et David Angevin, aux Editions Naïve est un roman. Un pied dans notre présent, un pied dans un futur assez proche puisque l'action se déroule en 2018. Google en est le héros ou plutôt est-ce son fondateur Sergey Brain. Première bizarrerie, si certains personnages comme Larry Ellison, Bill Gates ou Paul Allen sont cités, les noms des deux fondateurs de Google sont légèrement maquillés. A part le jeu de mot sur Sergey "Brain", je n'en ai pas bien compris la raison. Mais peu importe.
L'ensemble des patrons informatique en prend d'ailleurs pour son grade, Larry "Mage" est décédé bêtement, Larry Ellison est pris de la folie du clonage, isolé sur son yacht, Bill Gates passe sa vie en Afrique et semble atteint de nombreuses MST. Quant à Sergey "Brain", il est atteint de la maladie de Parkinson et diminue de jour en jour.
L'intrigue, entre le roman d'espionnage et la science-fiction, tourne autour de l'Intelligence Artificielle ultime que Google est parvenu à développer. Le monde se divise en deux, les "modernes" qui parient sur la singularité technologique ne rêvent que d'implants, d'intelligence artificielle et de clonage reproductif; et quelques pays attardés, dont l'Europe fait partie, qui ont choisi le passé et tournent le dos à ces nouvelles technologies. Le patron du monde, en 2018, est Google, et le Président des Etats-Unis n'est qu'un pantin d'origine mexicaine. C'est la facette la plus intéressante du livre. Les auteurs ont tenté d'imaginer ce que serait le monde dans sept ans si la domination de Google continue de s'amplifier et si les découvertes technologies poursuivent leur progression. Comment les opposés à la singularité technologique vont-ils tenter de réagir ?

Mais autour de cette réflexion, se greffe la pauvre histoire de Sergey Brain, de sa maladie, des coups tordus de la CIA, de ses problèmes sexuels, etc. On sort du roman technologique sans que les auteurs n'aient su réellement tenir en haleine le lecteur.
Et après 400 pages, lorsqu'on commence à plonger dans le récit et qu'on a hâte d'en découvrir l'issue, on s'attend à une fin sous forme d'uppercut, mais rien… Les dernières pages sont bâclées, vous savez, un peu comme un film où vous restez la bouche entrouverte quand démarre le générique de fin. "Tout ça pour ça ?", et vous mourrez d'envie de rajouter 100 pages pour qu'une véritable fin, celle qui bouscule les tripes du lecteur, soit ajoutée à Google Démocratie. Soit les auteurs ont manqué de temps, soit l'éditeur leur a sucré les derniers chapitres, en tous cas vous sortez de votre lecture avec un vrai goût d'inachevé et c'est bien dommage car les pistes de manquaient pas pour amener le lecteur dans des contrées inexplorées.

En résumé, Google Démocratie est de mon point de vue est un très bon roman technologique; il fait réfléchir et nous poser de nombreuses questions. Mais sur le plan purement littéraire, il manque vraiment de consistance. Je le garde cependant dans une caisse pour le relire en 2018 !

Philippe Nieuwbourg
Rédigé par Philippe Nieuwbourg le 10 Septembre 2011 à 09:58 Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Technorati Viadeo Notez

Et non, le titre de ce billet n'est pas de moi ! Il aurait pu ! Mais c'est simplement le titre du communiqué de presse triomphant de Pôle Emploi. Titre qui, vous l'imaginez, m'a fait sursauter au premier et au second degré.


Voici tout d'abord le communiqué intégral, sans aucune modification tel que reçu hier dans ma boite email :

"Tandis que le chômage augmente... le Pôle Emploi aide les chômeurs à faire du cinéma

Initié par l'agence Pôle emploi spectacle Paris Alhambra, un atelier d'évaluation en milieu du travail (EMT) a permis à une quarantaine de comédiens et de techniciens en recherche d'emploi de tourner dans un long métrage de cinéma. Le 12 octobre 2011, le film « Le dernier week-end » sort sur les écrans des salles de cinéma françaises.

Du Pôle Emploi au montage d'une production cinématographique
Danièle Dingreville, conseillère à l'emploi depuis plus de vingt-cinq ans au service comédiens de l'Agence Pôle emploi spectacle de Paris Alhambra est à l'origine de l'aventure. Elle incite vingt-deux comédiens chômeurs à participer à une EMT, un dispositif d'insertion professionnelle qui permet aux demandeurs d'emploi de faire le point sur leurs aptitudes dans des conditions réelles de travail. La conseillère rencontre le réalisateur Ali Borgini et le charge d'écrire un scénario pour le tournage d'un « bout » de film. S'agissait-il d'un court métrage ? D'un pilote ? Rien n'était fixé au départ. Deux contraintes sont tout de même imposées au cinéaste : utiliser un budget très réduit et écrire des rôles pour un maximum de comédiens. De son côté, Danièle Dingreville opère telle une véritable directrice de casting. Pour chaque rôle, elle propose au cinéaste trois comédiens sans emploi. Au final, Ali Borgini retient vingt-deux intermittents.

De l'EMT au contrat de travail
Le stage-tournage dure quinze jours, à l'issue duquel réalisateur et comédiens sont conscients d'avoir partagé une expérience professionnelle et humaine hors du commun. Séduit par le jeu des comédiens, le cinéaste décide de transformer l'EMT en point de départ d'un long métrage. Une vraie production, indépendamment de pôle emploi est mise en place. Les comédiens sont engagés pour de bon et signent de véritables contrats de travail. Rémunérés en cachets, ils peuvent ainsi cotiser pour leur couverture chômage.

De l'anonymat au succès
L'évaluation en milieu du travail mise en place par le Pôle emploi spectacle Paris Alhambra en 2008 est une véritable réussite. Le film, présenté aux Rencontres Internationales du cinéma de patrimoine de Vincennes remporte le prestigieux Prix Henri Langlois en 2010. Au cours de projections privées, des producteurs et des responsables de casting ont repéré quelques comédiens...

Mission accomplie pour le Pôle Emploi."


Etant un de ces "patrons d'entreprise", cotisant donc pour ses salariés et non pour lui, au pôle emploi, le titre n'a pu que produire son effet et m'interpeller. Certes après deux lectures du communiqué, je me dis que c'est sans doute un effet de style second degré de l'attachée de presse Emilie Imbert Relations Presse. Effet de style que je prends assez mal; toujours difficile de comprendre le second degré quand vous voyez le chèque que vous faites chaque trimestre, et l'incompétence doublé d'inhumanité à laquelle vous êtes parfois confronté.
Mais surtout, est-ce vraiment la bonne manière de communiquer ?

Voici ce que j'ai retenu de ce communiqué :
- mes cotisations servent à payer à des chômeurs comédiens et technicien du spectacle le fait de faire un film, mais je suis rassuré car ils ont "partagé une expérience professionnelle et humaine hors du commun" !
- c'est la mission de pôle emploi comme l'affirme la conclusion "mission accomplie pour Pôle Emploi" !

Alors en conclusion : argent gaspillé, très mauvaise communication ? Sans doute les deux !

J'y repenserai en signant mon prochain chèque de cotisations et je le dédierai aux chômeurs que Pôle Emploi aide à faire du cinéma.

Philippe Nieuwbourg
Rédigé par Philippe Nieuwbourg le 29 Août 2011 à 03:24 Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Technorati Viadeo Notez
1 2 3 4 5 » ... 31
Expérience Québec

Vos commentaires
Dernières photos

Bienvenue !
Philippe Nieuwbourg
Mes idées, mes réflexions, mes opinions, sur la vie courante, la vie professionnelle, le présent, le passé, le futur... un blog très égocentrique en réalité ;-)


Pour me contacter,
philippe@nieuwbourg.com


  Recherche





Fil d'informations
RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Dernières contributions